À la période de Noël, la Corse dévoile un tout autre visage que celui qu’on retient d’elle en été : l’île méditerranéenne aux criques paradisiaques nous rappelle qu’elle est avant tout une terre de traditions, marquée par une identité culturelle forte.

L’identité corse, au coeur des fêtes de fin d’année

identité corse

Vous souvenez-vous de l’accent mélodieux qui vous chantait « Petit Papa Noël » dans votre enfance ? C’était celui de Tino Rossi, né dans le centre d’Ajaccio ! Vous pourrez découvrir la façade de sa maison natale dans la rue Fesch, mais aussi visiter sa villa, située dans la pinède du Scudo et consacrée aujourd’hui à l’ensemble de sa carrière. La tombe du chanteur se trouve enfin dans le petit cimetière de la route des Sanguinaires.

Des traditions de Noël datant de plusieurs générations

rocchiu corseLe Noël corse redonne cependant vie à des traditions bien plus anciennes que celle du père Noël dont le succès ne commence qu’à partir des années 50. Parmi les coutumes les plus ancrées, figure celle du Rocchiu, ou bûcher de Noël : les enfants des villages corses avaient en charge de récolter, toute la journée du 24, le bois qui servirait à allumer un grand bûcher devant l’église à la fin de la messe de minuit. Ils arpentaient donc les maisons du bourg et les fermes des hameaux en criant « O Rocchiu ! » afin de rassembler suffisamment de branches et de bûches pour le grand feu du soir. Le bûcher de Noël devait pouvoir brûler toute la nuit et laisser, au matin du 25 décembre, des braises et cendres chaudes que se partageaient les villageois pour les mêler à celles de leur propre âtre. Certains villages perpétuent encore la tradition.

La table du réveillon conserve en Corse les mets partagés à Noël en vertu d’une longue tradition : parmi les spécialités incontournables qui ouvrent le repas figurent les œufs de mulets, la brouillade d’œufs aux oursins et les charcuteries locales comme la coppa et le prisuttu. Le plat principal consiste généralement en un cabri rôti accompagné d’une pulenta aux châtaignes. Le repas de Noël s’achève sur la traditionnelle bûche aux châtaignes, accompagnée d’oranges et de clémentines corses.

Noël en Corse, un mélange de superstitions et de convivialité

u piattu di u puvarettu

Le réveillon de Natale a longtemps été accompagné de certaines traditions que certaines familles corses continuent parfois de respecter : c’est le cas, par exemple, de l’assiette supplémentaire laissée à table, dite « u piattu di u puvarettu » ou l’assiette du pauvre. Les personnes les plus superstitieuses veilleront à respecter aussi la coutume qui veut que le feu de la cheminée soit alimenté par un nombre de bûches identique au nombre de convives présents à table : au risque d’être endeuillé l’année suivante à hauteur du nombre de bûches manquantes ! Le soir de Noël est aussi traditionnellement l’unique moment de l’année où il est possible de se transmettre les incantations, prières et savoirs liés à la conjuration du mauvais œil (ochju). Selon la coutume, la Veghja de Natale (veillée de Noël) est aussi l’occasion pour la Signadora de lire et d’interpréter le comportement de gouttes d’huile versées dans l’eau.

Si vous passez Noël en Corse, vous entendrez peut-être parler de la vieille tradition des sept veillées : encore vivante en Haute-Corse il y a un siècle, elle consistait en un rituel convivial de l’avent lors duquel les jeunes gens rendaient successivement visite à sept familles du village. Les visiteurs apportaient à leurs hôtes une bûche pour chauffer leur maison et partageaient un moment avec eux autour du feu. Si cette tradition n’est plus suivie aujourd’hui, vous pourrez encore vivre des Noël authentiques en Corse avec, notamment, de magnifiques messes de minuit animées de concerts de chants corses traditionnels.

Pour découvrir cette terre de traditions, réservez dès maintenant vos futures vacances camping en Corse !

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here